1. Page d'accueil
  2. Episodes
  3. Saison 3

3#14 Les escadrons de la mort

image de l'épisode

Episode 51
Réalisé par :
Ecrit par :

Personnages principaux (acteurs) :


Personnages secondaires (acteurs) :

Version Originale :
Titre : Take Out
Première diffusion : sur CBS, le 2 février 2007
Audience (première diffusion): 10,76 millions

Version Française :
Titre : Les escadrons de la mort
Première diffusion : sur M6, le 3 août 2007
Audience (première diffusion): 2,4 millions [Moyenne avec le 3#15]

Navigation + :
Transcripts :
Sous Titres : Sous-Titres VF
Captures :
En parler : Le sujet officiel sur le forum

bannière de l'épisode

Don : " Joli. Très, euh.. "
Charlie : " James Bond. "
Colby : " Non. "
Charlie : " Ouais, non, je ne le pensais pas non plus. "

Résumé rapide

Don et son équipe enquêtent sur une série de braquages commis dans des restaurants par une équipe très bien entraînée

Résumé

Dans un restaurant chic de la vallée de Los Angeles, les convives dînent tranquillement lorsque débarquent deux hommes cagoulés et lourdement armés. Visiblement pressés d'en finir, ils menacent les clients et récupèrent les affaires présentes sur les tables : sacs à main, téléphones portables, etc. Deux hommes de la police de Los Angeles sont présents, ils se lèvent, braquent leurs armes et ordonnent aux deux hommes de baisser les leurs et de lever les mains en l'air. Ces derniers obéissent lorsque soudain, un homme et une femme se lèvent à leur tour et abattent les deux policiers. Les attaquants ramassent alors les douilles et s'empressent de quitter les lieux.

Charlie est à une soirée de collecte de fonds en compagnie de Millie. Il se plaint de son costume mais Millie le rassure et lui dit qu'il ressemble à James Bond. Même s'il est mal à l'aise, Mille lui avoue que sa présence a déjà permis de récolter une belle somme. Ils continuent à discuter sur leur lancée lorsque Charlie reçoit un coup de fil de Don et se voit obliger de quitter la soirée.

Colby discute avec un des policiers présents lorsque Don arrive à son tour. Le policier fait le point sur la manière dont s'est déroulé le braquage et sur le système mis en place par la police de Los Angeles, qui consiste en la présence de deux hommes dans une douzaine de restaurants. Le policier reconnaît que c'était un mauvais plan et que deux de ses agents sont morts.

Don et Colby le laissent et discutent du scénario de l'attaque lorsque Charlie arrive, ce dernier découvre qu'il n'y a pas de modèle géographique dans les attaques mais que peut-être, avec plus de données et de temps, il pourrait en tirer quelque chose.

Générique

Dans les locaux du FBI, Megan apprend à Don que le couple qui a tiré a utilisé de faux noms, de faux numéros, et qu'elle a élargi les recherches pour voir s'ils avaient déjà utilisé ces noms ou ces numéros dans d'autres braquages mais que cela n'a rien donné. Ils n'ont pas eu d'autres informations que le fait qu'ils soient bien armés et qu'ils aient un accent hispanique.

Colby et David rejoignent Megan et Don et expliquent que les braqueurs récupèrent les téléphones portables pour éviter que les clients ne fassent opposition sur les cartes bancaires dérobées. Les braqueurs utilisent les cartes sur internet pour faire de grosses dépenses, mais en réalité, il n'y a pas de marchandises achetées, tout passe par des sociétés factices sur le net et qui disparaissent dès le lendemain. Don lance le nom de Ricky Jones, un malfrat qui cambriolait les bijoutiers de Beverly Hills et ne dérobait que les cartes de crédit des clients. Il jette ensuite les yeux sur une feuille tandis que Megan lui parle mais il semble soudain distrait et envoie l'équipe travailler sur l'affaire tandis que lui-même continue de fixer cette feuille et s'éloigne.

Dans son bureau, Charlie travaille sur une équation, Millie entre sans bruit, le faisant bondir lorsqu'il s'aperçoit enfin de sa présence. Elle lui explique qu'en Antartique, ils avaient l'habitude de travailler dans le calme. Elle lui apprend qu'il a permis d'obtenir de nombreux dons avant de s'intéresser à l'équation sur le tableau. Il s'agit de celle qu'il avait utilisée dans une autre affaire de braquage, deux ans plus tôt. L'équation ne semble pas s'adapter au cas présent aussi facilement qu'il l'espérait. Millie lui parle alors de quelque chose qu'elle a lu deux mois plus tôt et qui traite d'un système qui différencie les cibles institutionnelles, comme les banques, et les cibles civiles, comme les restaurants. Ce système pourrait peut-être l'aider. Charlie se rappelle avoir lu également un article dessus. Article que Millie a déjà retrouvé et qu'elle lui présente. Elle lui apprend juste avant de le quitter qu'elle a discuté avec deux personnes du groupe pharmaceutique MacMillan et qu'ils souhaiteraient investir de l'argent à CalSci. Pour l'instant, ils n'ont pas donné de raisons précises mais Millie pense qu'ils aimeraient la participation de Charlie à leur projet de modélisation pharmacocinétique.

David Sinclair interroge un suspect tandis que Don observe l'interrogatoire depuis une autre salle. Le jeune homme explique qu'il ne sait rien d'une embuscade destinée à des policiers. Pour lui, ce type d'affaires attire deux genres de personnes, celles attirées par l'argent et celles attirées par la violence. Les premières peuvent porter des coups mais n'iront pas jusqu'au bout car ce serait une perte de temps. Pour Sinclair, le cas présent doit donc concerner les personnes attirées par la violence, mais ce n'est pas l'avis de l'autre. Il pense qu'en tuant des policiers, c'est plutôt un avertissement qu'elles envoient.

Megan et Colby rejoignent Don. Les seules informations qu'ils apportent de la propriétaire du restaurant sont que les braqueurs connaissaient la disposition des lieux car ils ont pu coupé les fils de la caméra de sécurité. Les braqueurs ont également un accent hispanique si prononcé qu'elle pouvait à peine les comprendre. Pour Colby, leurs méthodes indiquent la possibilité que ce soit d'anciens militaires. Don leur apprend que les braqueurs leur envoient peut-être un message et Megan déclare alors que les soldats venant d'un environnement politique instable vont plus volontiers à l'affrontement avec les forces de l'ordre, Colby ajoute qu'ils (les américains) ont entraîné de nombreux groupes des Forces Spéciales venues d'Amérique Centrale ou d'Amérique du Sud et qu'un groupe a peut-être jugé que les braquages paieraient plus que la guerre. Don les envoie enquêter sur cette piste quand Megan lui avoue qu'elle a vu la lettre du centre de Rétablissement des Traumatismes et qu'elle en a reçu une également le mois dernier. Elle lui demande s'il s'agit de l'affaire Crystal Hoyle. Don est agacé de devoir rencontrer un psychologue car il a déjà été blanchi sur cette affaire.

Charlie travaille sur la Matrice des menaces dont parle l'article que lui a donné Millie, il en discute avec Amita car elle ne fonctionne pas dans le cas présent, pour lui, elle est plus utile pour prédire des attaques terroristes que des braquages, qui ont leurs propres caractéristiques. Il lui apprend que c'est une suggestion de Millie et qu'en fait, la soirée n'a pas été si terrible : un peu de Pythagore et les carnets de chèques étaient grands ouverts. En découvrant que les laboratoires McMillan s'intéressent à CalSci, Amita semble choquée car ils ont la réputation d'exploiter les pays en voie de développement. Ils vendraient cinq cent dollars un remède contre le SIDA qui coûte cinquante cents à fabriquer. Charlie décide d'en parler à Millie et retourne à l'équation car il a l'impression qu'il manque quelque chose. Il s'agit des menus des restaurants.

Dans les locaux du FBI, David apprend à Colby qu'il a retrouvé la trace de l'argent dans une banque offshore à Nauru, une petite île dans le sud du Pacifique. La banque refuse de donner la moindre information tant qu'ils n'auront pas la preuve que l'argent a été obtenu de manière illégale, chose qu'ils ne peuvent faire. Colby n'a pas été très loin non plus avec la piste des anciens militaires, durant les trente dernières années, les Etats-Unis ont eu un programme d'échange avec tous les pays du Sud, avec tous les changements de politique ou l'armée qui a cessé de les payer, cela fait un grand nombre de soldats qui ont besoin de travailler. David espère que Charlie arrivera à réduire ce nombre.

Charlie vient présenter les résultats qu'il a obtenus à l'aide de la Matrice des menaces et qui a évalué un grand nombre de critères, ces résultats correspondent à ceux de la police de Los Angeles. Charlie a en outre intégré un graphique multidimensionnel de Laplace et d'autres matrices dans ses travaux. Pour que ses auditeurs comprennent, il prend l'exemple d'un réfrigérateur qui stocke de la viande, du vin, des pommes, etc. Chacune de ces choses est unique et peut être achetée dans différents magasins mais le plus souvent, une famille ne fera qu'une seule sortie pour les courses. Les braqueurs ne vont que dans un seul type d'endroit : les restaurants avec un taux très élevé de qualité et avec un prix conséquent, car ils y trouvent les cartes de crédit les plus élevées. En utilisant ces variables, ils peuvent réduire les possibilités à quelques unes. Charlie leur indique alors la prochaine cible la plus probable selon les résultats de ses recherches.

David est adossé à un bar tandis que Colby est à une table avec une collègue, tous surveillent le restaurant. Une voiture se gare et plusieurs hommes armés en descendent, l'un d'eux menace le voiturier de son arme. A l'intérieur du restaurant, les agents du FBI sont sur le qui-vive lorsque la porte s'ouvre mais c'est un simple couple qui pénètre à l'intérieur.

Les braqueurs pénètrent dans le restaurant et menacent les clients sans rencontrer de résistance car le FBI n'est pas au bon endroit. Colby et David continuent à attendre tandis que les attaquants dépouillent les gens. Dans l'autre restaurant, les téléphones sonnent et tous les agents décrochent et s'en vont. Du côté des braqueurs, le voiturier est étendu sur le sol et supplie pour sa vie mais l'homme se montre sans pitié et l'abat de deux balles dans la tête.

Le FBI est enfin sur les lieux, un drap recouvre le corps du voiturier. Don, David et Colby étudient le sol en commentant l'attaque. David se demande pourquoi ils ont tué un voiturier après avoir tué deux flics la fois précédente. Pour Colby, il s'agit encore d'un message, les groupes paramilitaires et les gangs exécutent les civils pour adresser un message aux autorités afin qu'elles restent en dehors de leur chemin si elles ne veulent pas plus de cadavres. Charlie arrive à son tour et reconnaît avoir raté quelque chose d'autre et qu'il ne peut indiquer précisément le lieu d'une attaque. Don tente de le réconforter et l'éloigne de la scène.

Dans les locaux du FBI, Megan apprend à l'équipe que le département d'Etat n'a pas eu de chance avec les autorités de Nauru, ils ne peuvent avoir accès aux dossiers bancaires. Ce qui est logique pour David puisque l'île fait son beurre des tractations bancaires. Don propose d'essayer avec le département du Trésor et de faire pression sur quelqu'un avant de prendre ses affaires pour se rendre à son rendez-vous avec le psychologue du centre.

Dans le parc de Calsci, Charlie rencontre Millie et lui apprend que la Matrice des menaces qu'elle lui a rappelée n'a pas fonctionné. Il lui parle ensuite des laboratoires McMillan et de leurs pratiques à l'égard des pays en voie de développement et du fait qu'il faut aussi bien savoir d'où l'argent vient qu'où il va, Millie ne semble ni surprise ni choquée mais elle lui dit de ne pas s'inquiéter.

Dans le cabinet du psychologue, Don se montre très brusque. Il demande s'il y a le moindre problème et fait preuve d'un certain dédain pour son interlocuteur. Il déclare de suite qu'il ne hait pas son père, qu'il aime les femmes et les respecte en tant qu'individus, etc. Le psychologue essaie de l'interroger sur la mort de Cristal Hoyle et Don répond de manière très sèche et commence même à s'emporter. Il s'en prend alors au médecin en lui déclarant qu'il ne s'attend pas à ce qu'il le comprenne, seulement qu'il signe la feuille et le laisse retourner travailler. Le psychologue n'apprécie pas ses manières et lui apprend qu'il n'était certes pas au FBI mais qu'il a travaillé sous couverture pour la brigade des Stups dans l'est de Los Angeles et qu'il a fait deux ans dans une autre ville. Il connaît le terrain. Don s'excuse mais son interlocuteur n'a pas l'intention de laisser passer l'incident. Il lui dit qu'il avait l'intention de poser quelques questions de routine et de le laisser partir tranquillement puisque c'était l'heure du déjeuner, mais depuis, il ne sait pas vraiment ce qu'il veut faire. Le téléphone portable de Don sonne alors et ce dernier quitte le bureau.

Chez les Eppes, Alan fait un peu de rangement tandis que Charlie est étendu sur le divan. Ils discutent des laboratoires McMillan. Pour Alan, c'est une vieille question : le commerce contre l'éthique. Après trente ans de réflexion, il n'a toujours pas de bonne réponse. Si le budget n'est pas important, on peut juger selon toutes sortes de critères. Charlie pense, quant à lui, qu'accepter l'argent reviendrait à approuver tacitement leurs méthodes, il aimerait les faire changer. Alan continue le ménage imperturbablement en lui précisant que le temps l'a rendu plus pragmatique. Il s'attaque aux toiles d'araignées lorsque Charlie a une illumination.

Il va voir son frère au FBI et le trouve qui contemple une carte des attaques. Il lui explique que ses mathématiques étaient correctes, ce sont ses assomptions qui étaient fausses. Il prend l'exemple d'une araignée qu'il faut retrouver à partir de sa toile, certaines variables comme la tension des fils de soie permettent de savoir où elle se trouve. Il lui explique que certaines espèces tissent une deuxième toile, ce qui signifie qu'il y a une seconde équipe qui travaille en tandem avec la première, d'où le fait que ses résultats étaient faussés. En assemblant les données, son équation va fonctionner.

Une voiture se gare devant un restaurant, un groupe d'hommes armés descend. Trois hommes entre à l'intérieur, le quatrième plaque le voiturier sur la voiture. Deux secondes s'écoulent et des coups de feu retentissent, un des hommes passent par la porte vitrée. David apparaît tandis que le voiturier, en réalité Colby, désarme le quatrième assaillant, qui se révèle être une femme.

Les membres du groupe sont interrogés séparément, aucun ne répond et tous ont la même attitude, ils fuient les regards et tapent du doigt sur la table. Pour Colby, ça ne mènera à rien, ils sont visiblement entraînés au contre-interrogatoire, probablement par eux-mêmes.

Aucun d'eux n'est dans la base de données et pas un n'a prononcé le moindre mot. Charlie leur apprend qu'avoir attrapé une équipe a changé les données, il y a peu de chances d'arriver à retrouver la deuxième équipe grâce à son équation.

Les informations qu'ils ont pu récupérer les mènent à un ancien colonel mexicain qui entraînait des escadrons de la mort et qui vit actuellement à Los Angeles et qui dirige une école élémentaire.

Don mange avec son père, qui le trouve taciturne. Son fils lui avoue qu'il doit voir un psychologue pour avoir abattu Crystal Hoyle et qu'il n'en a pas envie. Alan pense que ce n'est pas une si mauvaise idée vu que qu'il passe beaucoup de temps à faire le sale boulot et qu'il a besoin de parler à quelqu'un.

Colby et David se rendent à l'école élémentaire et montrent les photos des braqueurs à Bernardo Infante mais ce dernier dit ne pas les connaître. Ils l'emmènent alors avec eux pour l'interroger.

Infante apprend à Megan que ce sont des escadrons de la mort, qui tuent en dehors des lois, comme ça se fait au Mexique. Il y était colonel et a vu ces escadrons en action, il en a même entraîné, ils tuent hommes, femmes et enfants sans distinction. Dans un village, seul trois enfants ont survecus et c'est là qu'il a fait un choix, il pouvait les entraîner dans les escadrons de la mort ou les emmener à Los Angeles. Ceux qui ont tué le village l'ont suivi et le surveillent, ils attaquent les restaurants pour obtenir de l'argent. Megan cherche à savoir s'il leur a appris à le blanchir mais il lui donne seulement une liste d'avocats.

Un peu plus tard, Megan apprend à Don le résultat de son interrogatoire et David explique que pour ouvrir un compte dans une banque de Nauru, il faut un entremetteur, ça leur permet de se dédouaner en cas d'affaire d'argent sale, il a justement une liste de personnes pas très nettes. Megan repère alors un nom de la liste fournie par Infante, il s'agit d'un dénommé Luis Salazar, suspecté d'avoir pris part à du blanchiment d'argent sale dans les années 90 et de contacts avec les paramilitaires. Pour David, il a l'air d'être le banquier des escadrons de la mort. Il vit pour le moment dans un penthouse.

Chez Salazar, la porte est ouverte et Colby et David pénètrent à l'intérieur. L'appartement a été dévasté et le propriétaire est mort, une balle dans le crâne.

Don, Megan et David marchent dans les couloirs, David leur apprend que la balle qui a tué Salazar est du même calibre que celles qui ont tué le voiturier. La mort de Salazar a débloqué la situation avec la banque de Nauru, qui va leur transmettre ses dossiers dans la matinée. Don trouve illogique de tuer son banquier alors que l'on vole plus de cartes de crédit.

A Calsci, Amita et Charlie travaillent encore sur l'argent issu de ces cartes. Amita semble découragée car il y a énormément de données et ils ne trouvent toujours pas de modèle à appliquer. Elle pense qu'ils ont besoin d'autre chose et Charlie finit par se ranger à son avis. Elle change soudain de sujet et lui apprend que Mille va accepter l'argent des laboratoires McMillan et qu'elle est toujours contre. Charlie ne sait toujours pas où il en est et a l'intention de se rendre à la rencontre pour voir de lui-même ce qu'il en est. S'il n'apprécie pas ce qu'il y entendra, il ne travaillera pas avec eux.

Dans la soirée, Millie vient voir Alan avec une pizza, elle avait l'intention de cuisiner pour eux puisqu'Alan le fait tout le temps, mais il se trouve qu'elle ne cuisine pas. Ils s'installent sur le sofa pour discuter de choses et d'autres lorsque Don rentre à son tour à la recherche de son frère. Quelque secondes plus tard, c'est au tour de Charlie d'apparaître et il semble satisfait de voir Millie car il lui a laissé un message, Don arrive à lui faire comprendre qu'elle n'est pas venue pour le voir et ils quittent la pièce sous un prétexte quelconque.

Charlie trouve que ce n'est que justice de les avoir dérangé car leur père fait la même chose chaque fois qu'Amita est là mais Don est d'avis de le laisser tranquille. Il lui apprend ensuite qu'il doit voir un thérapeute, Charlie ne semble pas surpris et prend un air innocent. Don finit par revenir à leur affaire et lui demande s'il a avancé sur le cheminement de l'argent dérobé mais son frère reconnaît qu'il n'arrive toujours à rien. Il a une nouvelle illumination et quitte son frère pour retourner travailler avec Amita.

Beaucoup plus tard, il présente avec cette dernière ce qu'ils ont découvert. Une grande partie de l'argent part au Mexique mais les escadrons en récupèrent néanmoins un peu pour rester dans le circuit à Los Angeles. Charlie a participé au développement d'un programme pour le département du Trésor, programme qui aide à repérer les mouvements de fonds suspects. Il prend l'exemple d'un pêcheur qui lance d'abord un filet dans le but d'attraper tout ce qu'il peut, le programme va agir comme un pêcheur qui lance une ligne spécifique dans le but d'attraper un poisson très précis. Cela lui a permis de remonter à l'est de Los Angeles et au permis de conduire de Maria Campos, la jeune femme qui fait partie des braqueurs.

Quelque part dans la ville, un groupe d'hommes se préparent. Vêtus de noir, ils chargent leurs armes. Pendant ce temps, dans les bureaux du FBI, Megan présente à Don un rapport qu'elle a récupéré sur Maria Campos. Elle est mariée à un certain Hector Campos, un ancien des Forces Spéciales Mexicaines, qui a suivi un programme d'entraînement à Fort Ord en 1993 et qui est du côté des anciens militaires. Il dirigeait deux équipes des opérations secrètes, en commandait directement une et sa femme l'autre. Megan pense qu'il a l'intention de tuer les trois enfants qu'Infante a ramené du village car les autorités mexicaines ont perdu toute trace de lui. Ils ont néanmoins pu retrouver une adresse fournie par Maria Campos au service des transferts.

Colby, David et toute une équipe d'intervention se dirigent vers la maison, ils l'investissent mais il n'y a plus personne. Dans une chambre, les deux hommes trouvent que ça sent le nettoyant pour armes et ramassent des boîtes de munitions. Ils trouvent un certain nombre d'informations sur les restaurants, des cartes et découvrent qu'ils ont l'intention d'attaquer l'école d'Infante.

Dans un van, les membres de l'escadron décident de tuer tout le monde dans l'école et se mettent en route. Les enfants jouent tranquillement sous la surveillance des professeurs et d'Infante tandis que la porte du van s'ouvre et qu'ils sortent leurs armes. Une voiture du FBI les heurte et une longue fusillade s'ensuit, Infante n'a que le temps d'éloigner les enfants avant d'être abattu dans le dos. Tous les membres de l'escadron finissent par être neutralisé mais c'est trop tard pour Infante. Trois enfants, probablement ceux du village, pleurent autour de son corps. Don s'approche pour vérifier s'il vit encore mais secoue la tête et fixe son arme. Il est visiblement bouleversé.

Dans le bureau de Millie, Charlie rencontre un membre des laboratoires McMillan, M. Meisner. Ce dernier complimente Charlie et Millie en profite pour fixer certaines conditions, cinq pour cent des bénéfices devront être reversés à des organisations de lutte contre le SIDA dans les pays en voie de développement par exemple. M. Meisner n'a pas l'air réjoui et quitte le bureau sans donner d'accord définitif et sans serrer la main que Charlie lui tend.

Don se rend chez son thérapeute, il aimerait prendre un peu de temps pour discuter. Comme lors du dernier rendez-vous, le téléphone de Don sonne, mais cette fois, il l'éteint et son interlocuteur accepte de le recevoir.


Résumé(s) par Lyanea.
Dernière modification de la page le 10/06/2008 à 19h49.